Le post-apocalyptique en liens.

Articles tagués “fin du monde

Après la vitrification nucléaire, la fossilisation pépère

Le monde qui périclite, le grand boum, les badaboum. Le dernier râle humain, la boue qui enlace les villes jadis rutilantes, le sable qui se mêle à l’asphalte. Les murs dressés devenus gravas, gravillons. Emprisonnant les dérisoires artefacts de notre espèces. Pour les libéré des millions d’années plus tard.

Et sinon on doit ces œuvres à Christopher Locke.


Ashton Kutcher se prépare pour la fin du monde

Bon, on va pas revenir là-dessus tous les jours non plus, mais la fin du monde est pour le 21 Décembre 2012, quoi qu’en disent les scientifiques (qui se voilent la face), les médias (manipulés) et les politiques ( corrompus).  Heureusement, dans chaque période sombre qu’a traversé l’humanité, un guide est sorti des rangs de la médiocrité pour mener les fils d’Adam vers la lumière.  Et cette fois-ci, tadaaaam…c’est Ashton Kutcher.   Le bellâtre ascendant prophète se prépare en effet pour la fin du monde et il en parle dans une interview accordée au magazine culturel Men’s Fitness.

Le toy boy de  Demy Moore déclare donc (traduction radieuse Dystopie non garantie)  : « Les alarmes des gens ne marcheront plus , ni nos chauffages, nos poubelles ne pourront plus être vidées, les ballons d’eau chaude marchent au gaz, mais dépendent de l’électricité. Qu’arrivera-t-il quand tout notre confort moderne disparaîtra ? Je suis sur mes gardes et je me tient prêt à mettre ma famille dans un lieu sûr où elle sera en sécurité. Je m’entraîne physiquement dans l’optique de la fin des temps. Je veux sauver les gens qui me sont chers. » Plus loin, le messie qui s’est mis à la krav maga remarque judicieusement que « plus personne n’utilise de cartes. Les gens utilisent des iPhones et des GPS, mais s’il n’y a plus d’électricité, il n’y a plus de cartes ». Idem pour les titres de propriété des maisons.

Méditez là-dessus lors du passage en l’an 2011. Amem.


Pour la fin du monde en 2012, rendez-vous à Bugarach vers 17h30

Moonlight on Bugarach peak - Spheerys/Deviantart

C’est donc acté que le monde va péricliter en fanfare le 21 décembre 2012. Tous s’accordent pour le dire : calendrier maya, tireurs de cartes tamouls, chamans pygmées,  et même scientifiques tenant à garder l’anonymat. Les planètes vont s’aligner, le Soleil va chauffer au taquet, les eaux vont monter, le magma couler, la Terre sera rasée. Toute la Terre ? Eh non, puisqu’une commune française sera miraculeusement épargnée. Et visiblement, son nom tient pour beaucoup dans cet honneur : il est vraiment que Bugarach, cela sonne un peu comme un patronyme de méchant sorcier dans un jeu de rôle papier.

Donc, nous apprend le Midi Libre,  Bugarach, une charmante, typique et rurale  bourgade de l’Aude située au pied d’un l’imposant Pic du même nom du massif des Corbières, est allègrement squattée par de non moins charmantes personnes persuadées, à juste titre, que Bugarach est the place to be pour sauver sa peau. Faut dire que le coin est un peu spécial, trainant une réputation de garage à ovnis, de lieu de villégiature du Christ et d’entrepôt où repose le  Saint Graal et le trésor des Templiers.A juste titre, toujours.

> Lire l’article du Midi Libre sur la « pèlerinage » à Bugarach


On est mal, l’éternité pourrait s’arrêter d’ici 3,7 milliards d’années

Fin du temps, fin des temps

Studio d'Xavier/Flickr

On est foutus. Si c’est pas à court terme, c’est plus tard : l’univers et tout ce qu’il contient pourrait connaître une fin d’ici 3,7 milliards d’annnées, selon des astrophysiciens américains et japonais qui remettent en question la théorie acceptée par la plupart des cosmologistes d’une expansion éternelle de l’espace-temps.

Attention, ce qui va suivre est un brin costaud. Pas sûr d’avoir pigé moi-même.

« Il est improbable que l’univers s’arrête durant notre durée de vie mais il y a 50% de chance que le temps connaisse une fin dans les 3,7 milliards d’années« , estiment donc les chercheurs cités plus haut dans leur communication.

Ils avancent que certaines méthodes et hypothèses utilisées de longue date par les astrophysiciens, et surtout une limite arbitraire du temps afin de calculer les probabilités d’un univers s’étendant à l’infini, conduit en fait à la conclusion que le temps aura une fin.

Balèze, hein ? C’est pas fini.

« En d’autres termes, cette limite du temps, considérée seulement comme un outil de calcul statistique, se comporte en fait comme un événement physique réel qu’on le veuille ou non« , explique, dans un courriel à l’AFP, Raphael Bousso, astrophysicien à l’Université de Californie, Berkeley (ouest), principal co-auteur de ces travaux publiés sur le site internet arXiv.org.

Selon la théorie communément admise, l’univers est né du « Big Bang« , il y a environ 13,7 milliards d’années et continue de s’étendre à une vitesse qui s’accélère exponentiellement, poussée par l’énergie du vide, et ce à l’infini.

« Il est très important de comprendre que nous ne disons pas être certains de cette conclusion que le temps aura une fin mais ne pouvons pas exclure que cela puisse vraiment arriver« .

« Si cette conclusion n’est pas vraie cela veut dire qu’une des hypothèses retenue dans le modèle mathématique est fausse, ce qui serait aussi extrêmement intéressant pour les astrophysiciens qui durant de nombreuses années la jugeaient très raisonnable« .

En science cette sorte de raisonnement est souvent très utile, souligne le chercheur. « On réalise qu’une théorie qui paraissait tout à fait logique prédit un événement tout à fait fou, faisant qu’il faut soit l’abandonner ou comprendre pourquoi elle n’est peut-être pas aussi absurde« , souligne-t-il.

Aïe aïe aïa. Le flip. Le bunker anti-atomique construit au fond du jardin ne servira à rien en cas de fin du temps dans 3,7 milliards d’années. dégoûté, hein ?


Connaissez-vous l’horloge de la fin du monde ?

Doomsday clockVous aimeriez avoir posé toutes vos RTT d’ici la fin du monde, pour pas gâcher. C’est tout à votre honneur. Seulement, problème, vous ne savez pas quand notre planète exsangue périclitera pour de bon. La solution existe pourtant : la Doomsday clock est une horloge conceptuelle sur laquelle minuit représente l’heure H, l’instant T, la minute M, bref ce que d’aucuns appellent pudiquement la fin du monde. Radieuse Dystopie ne vous livre pas un scoop, puisque la bête  fut créée en 1947, peu de temps après les bombardements atomiques américains sur le Japon , et est régulièrement mise à jour depuis, par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes, publié par l’Université de Chicago. A l’origine, elle visait à  mesurer la menace nucléaire, mais son périmètre fut par la suite opportunément élargi aux menaces écologiques et technologiques. Réglée à minuit moins 7 minutes à l’origine, l’horloge a déjà été mise à jour dix-huit fois depuis sa création. L’heure affichée a oscillé entre 23h43 de 1991 à 1995 suite au traité de réunion des armes stratégiques signé par les Etats-Unis et l’URSS, alors en contexte de guerre froide, et 23h58 en cette belle année 1953, lorsque ces deux pays étaient en pleine expérimentation de nouvelles armes thermonucléaires et que les champignons atomique poussaient comme les bolets dans les sous-bois en automne.

Ces scientifique ont beau être d’éminents physicien arborant blouses et verres fumés – comme tous les physiciens – ils n’en sont pas moins cabots. Et ils se plaisent à convier presse et happy few à intervalles réguliers pour changer l’heure : ainsi l’horloge de l’Apocalypse indiquait en 2007 minuit moins cinq (23h55), après avoir été avancée de deux minutes, le 17 janvier 2007, suite  aux ambitions nucléaires respectives de l’Iran et de la Corée du Nord, ainsi qu’à l’insistance des États-Unis à évoquer l’utilité stratégique des armes nucléaires, l’échec des tentatives de sécurisation des stocks d’armes et la présence de 26.000 têtes nucléaires aux États-Unis et en Russie.

Depuis sa dernière mise à jour, effectuée le 14 janvier 2010 à 15h00 (UTC), l’horloge indique minuit moins six (23h54).

Et sinon, Doomsday Clock est accessoirement un titre des Smashing Pumpkins :


Castro, Sarkozy, la mallette et l’honneur du post-apo

Nicolas Sarkozy sous-marin nucléaire bombe atomique

Ceci n'est pas un fake mais Nicolas Sarkozy inaugurant le nouveau sous-marin nucléaire, Le Terrible, à Cherbourg le 21 mars 2008

Radieuse Dystopie abuse. Vous venez, tranquillou, par milliers centaines dizaines unités zieuter un blog post-apo et on vous impose la trombine de notre bon président Nicolas Sarkozy. Et ce n’est même pas à des fins bassement intéressées, pour booster le référencement. Même pas. C’est juste que, la semaine dernière, papy Fidel Castro , Líder Máximo et docteur ès sucrage de fraises a payé sa tribune. Dans sa bafouille consacrée à « l’hypocrisie de l’Occident« , il  vise directement le président français pour sa politique d’immigration ainsi que pour son attitude envers l’Iran. OK. C’est la suite qui nous intéresse.

« Supposons que Sarkozy devienne soudain fou, comme il semble que cela est en train de se passer. Que ferait dans ce cas le  Conseil de sécurité des Nations unies avec Sarkozy et sa mallette ? », se demande le barbu en treillis. Qui rappelle « que la France st la troisième puissance nucléaire de la planète » et que monsieur Bruni « ‘a aussi une mallette avec les codes pour lancer une des plus de 300 bombes qu’il possède« .

On sourit, on ricane en se disant que, haha, sacré Fidel, il a perdu de sa superbe. Puis l’on doute. Elle résonnent dans le ciboulot, la phrase du Cubain. «  Sarkozy devienne soudain fou…fou fou ». Taisez-vous, sortez de ma tête, aaah.

Et si…Et si toutes les belles dystopies, tous ces beaux scénarios catastrophes imaginés par des générations d’auteurs ratés, de cinéastes sans le sou , de conspirationnistes moisis, de stratèges cocaïnomanes étaient ainsi bafoués. Traînés dans la boue. Si on guise de feu d’artifice on écopait d’une bougie magique.  Et si la fin du monde découlait d’un truc si miteux… Sarko qui pète un durite et, dans un tressaillement d’épaule, appuie sur le bouton.

A Radieuse Dystopie, on n’ose pas y penser. C’est trop laid. Trop cheap.