Le post-apocalyptique en liens.

Articles tagués “bombe H

Une cabane dans un champignon atomique

Dietrich Wegner est un artiste. Un vrai. Qui se fait notamment de l’argent en fabriquant des anus géants. Mais notre jeune ami a surtout, et c’est là qu’il intéresse Radieuse Dystopie, construit une cabane dans un champignon atomique. Quel talent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Guerre nucléaire sacrée : Radieuse Dystopie demande à Kim Jong-il de tenir ses engagements

Lonzard/Deviantart

La Corée du Nord « est en train de se préparer à déclencher une guerre sacrée (…) fondée sur la dissuasion nucléaire au moment opportun pour répondre à des actions ennemies », vient d’indiquer l’agence nord-coréenne KCNA.

« Les forces armées révolutionnaires de la Corée du Nord sont en train de se préparer complètement à déclencher une guerre sacrée de justice dans le style coréen, fondé sur la dissuasion nucléaire au moment opportun pour répondre aux actions ennemies qui poussent délibérément la situation au bord de la guerre ».

Radieuse Dystopie demande officiellement  à ce que les discours soient suivis d’actes. Sinon c’est que Kim est pas cap’.


Connaissez-vous l’horloge de la fin du monde ?

Doomsday clockVous aimeriez avoir posé toutes vos RTT d’ici la fin du monde, pour pas gâcher. C’est tout à votre honneur. Seulement, problème, vous ne savez pas quand notre planète exsangue périclitera pour de bon. La solution existe pourtant : la Doomsday clock est une horloge conceptuelle sur laquelle minuit représente l’heure H, l’instant T, la minute M, bref ce que d’aucuns appellent pudiquement la fin du monde. Radieuse Dystopie ne vous livre pas un scoop, puisque la bête  fut créée en 1947, peu de temps après les bombardements atomiques américains sur le Japon , et est régulièrement mise à jour depuis, par les directeurs du Bulletin des scientifiques atomistes, publié par l’Université de Chicago. A l’origine, elle visait à  mesurer la menace nucléaire, mais son périmètre fut par la suite opportunément élargi aux menaces écologiques et technologiques. Réglée à minuit moins 7 minutes à l’origine, l’horloge a déjà été mise à jour dix-huit fois depuis sa création. L’heure affichée a oscillé entre 23h43 de 1991 à 1995 suite au traité de réunion des armes stratégiques signé par les Etats-Unis et l’URSS, alors en contexte de guerre froide, et 23h58 en cette belle année 1953, lorsque ces deux pays étaient en pleine expérimentation de nouvelles armes thermonucléaires et que les champignons atomique poussaient comme les bolets dans les sous-bois en automne.

Ces scientifique ont beau être d’éminents physicien arborant blouses et verres fumés – comme tous les physiciens – ils n’en sont pas moins cabots. Et ils se plaisent à convier presse et happy few à intervalles réguliers pour changer l’heure : ainsi l’horloge de l’Apocalypse indiquait en 2007 minuit moins cinq (23h55), après avoir été avancée de deux minutes, le 17 janvier 2007, suite  aux ambitions nucléaires respectives de l’Iran et de la Corée du Nord, ainsi qu’à l’insistance des États-Unis à évoquer l’utilité stratégique des armes nucléaires, l’échec des tentatives de sécurisation des stocks d’armes et la présence de 26.000 têtes nucléaires aux États-Unis et en Russie.

Depuis sa dernière mise à jour, effectuée le 14 janvier 2010 à 15h00 (UTC), l’horloge indique minuit moins six (23h54).

Et sinon, Doomsday Clock est accessoirement un titre des Smashing Pumpkins :


2053 explosions atomiques depuis 1945

L’artiste Japonais Isao Hashimoto a réalisé en 2003 une vidéo qui comptabilise et situe les explosions atomiques sur Terre entre 1945 et 1998. Soit 2053 impacts.

> Site de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (CTBTO).