Le post-apocalyptique en liens.

Articles tagués “art

Pimp my caravane post-apo

Radieuse Dystopie est branchée street art ce derniers temps. Après Bansky hier, elle tenait à vous faire découvrir, ô lecteurs, cette caravane californienne enluminée par Roa, un graffeur belge originaire de Gand. Une caravane sort de Fallout, la perche du Nil du Cauchemar de Darwin. Un must pour frimer à Slab City.

A VOIR AUSSI :

> Slab City, ville post-apo et, surtout, dernière ville libre d’Amérique

> « Banksy, s’il vous plaît…dessine-moi une dystopie »


Must-have : la montre Hiroshima

Montre blanche Hiroshima

Soyons honnête. Radieuse Dystopie n’est pas fana de l’art contemporain. Oh, Radieuse Dystopie n’a rien contre, hein. Mais s’en bat juste un peu les ogives. Mais attention, il y a des exceptions et la montre Hiroshima, de Marie-Ange Guilleminot, en est une.

Pour la faire courte, cette tocante est blanche, ses aiguilles, petite comme grande,  sont blanches, mais une heure y figure en permanence, tracée en noir : celle de l’explosion de Little Boy sur Hiroshima. Chaque jour, à cette même heure, les aiguilles recouvrent l’heure commémorative et, magie,  la montre devient donc totalement blanche.

Cette œuvre s’inspire  des nombreuses montres ou horloges blanchies par le feu atomique  retrouvées  dans les décombres de la vile martyre, qui indiquaient l’heure de l’explosion : huit heures et quinze ou seize minutes.

C’était, pour mémoire, le matin du 6 août 1945. Il était 01h15 en France. Nous étions encore le 05 août à New York, il  était 19h15.

> 2053 explosions atomiques depuis 1945

> Hiroshima et Nagasaki, 65 ans après

Montre Hiroshima

L'explosion de Little Boy a soufflé Hiroshima à 8h15, comme l'atteste le cadran, figé pour l'éternité, de cette montre-bracelet retrouvée dans les décombres de la ville.


Indispensable pour votre Renault Fuego: le drive-in post-apocalyptique

Drive-in post-apocalyptiquePour les artistes Todd Chandler et Jeff Stark, voir leurs films diffusés sur un bête écran plasma dans un bête musée n’était pas satisfaisant. Du coup ils ont crée ce drive-in  (ou ciné-parc pour faire plaisir à nos amis de l’Académie française) post-apo où les sièges sont de vieilles berlines sauvées in extremis de la casse. Ça s’appelle Empire Drive-In, c’est à San Jose et ça n’a rien à envier à Mad Max et à son dôme du tonnerre.