Le post-apocalyptique en liens.

Mad Max

Indispensable pour le Waterworld : la maison flottante

On se prépare sagement au monde d’après, mais peut-être que la dystopie attendue ne sera pas la bonne. En réfléchissant deux secondes, on se dit que notre bunker antiatomique ne nous servira pas à grand chose en cas de brusque montée des eaux façon Waterword.  Oups. Alors on fait quoi ? Et bien on ne se laisse pas abattre, pardi. Grâce à Radieuse Dystopie, vous ne mettrez pas tous vos œufs dans le même panier et opterez, en plus de votre silos habitable, pour une maison flottante.

Conçu par le cabinet d’architectes MOS , ce chalet flottant témoin est visible en  Ontario, au Canada, nonchalamment adossé à  une  petite île sur le lac Huron.  La maison est posée sur des pontons en acier, permettant à l’ensemble de la structure de  monter et descendre au gré des marées.  Le tout est livré en kit.

Bien sûr vous vous ferez quand même laminer par les Smokers en jet-ski, mais vous aurez un petit nid douillet en attendant leur arrivée.


A LIRE AUSSI :

> L’habitation post-apo garantie sans zombies

> Le silo à missile, le summum du luxe pour un abri antiatomique

Publicités

Comment vivre dans un monde post-apocalyptique, juste pour une matinée ?

 

Cette vidéo est un petit guide pratique pour tous ceux qui veulent saisir l’occasion que leur offre les beuveries du  Nouvel an pour se la jouer survivant post-apo façon Mad Max ou 28 jours plus tard, le tout sans prendre in fine trop de risques. Un fois par an, vous pourrez ainsi errer dans une ville déserte et  remplie de zombies mangeurs de cervelles. Voici le How to. Mais bon, là on est le 11 janvier, va falloir attendre un an, désolé.


Mad Max est incompris

J’ai ri. (Le broken blog)


Radieuse Dystopie est amie avec Emil Minty

Comment ça qui ça ? Emil Minty. Le vrai. Mais siiii. Tu sais bien, le sauvageon de Mad Max 2 : The Road Warrior, qui balance allègrement son boomerang d’aborigène, sectionnant au passage les doigts du petit malin voulant l’attraper. Tu le remets ? Bon bah Emil va bien. Grâce à la magie de Facebook, on est devenu copains comme cochons. J’ai appris qu’il tenait une bijouterie à Sydney, qu’il avait 38 ans, 39 dans une semaine, qu’il est marié à Isabella et qu’il a deux gosses. Il joue aussi au poker dans les casinos, Sheryl Crow et les concentration de bagnoles tunés de fans de Mad Max.

Emil Minty, c’est mon meilleur ami.

L’occasion de rappeler que vous pouvez, afin de vous rapprocher un peu d’Emil :

> Devenir ami avec Radieuse Dystopie

> Devenir fan de Radieuse Dystopie


Le parking post-apocalyptique, idéal pour garer ton Interceptor

Détroit, c’est la ville post-apo. Avec le copyright et tout. Une ville loqueteuse , sinistrée à mort – entre 1950 et 2000, elle a perdu près de 900.000 habitants – où tout tombe en ruine et où la pauvreté frappe deux fois plus que la moyenne américaine. Alors, forcément, tout se fait un peu à l’arrache.

Le Michigan Theater est un cinéma créé en 1926 par l’entreprise architecturale Rapp and Rapp.  A l’époque, il était considéré comme classe. Actuellement il sert de parking abrité pour des pick-up Toyota et des Chrysler familales.

A LIRE AUSSI :

> Indispensable pour votre Renault Fuego: le drive-in post-apocalyptique

Le Michigan Theater (littéralement « Théâtre du Michigan » en français) est un cinéma à Détroit, dans l’État du Michigan, aux États-Unis, créé en 1926 par l’entreprise architecturale Rapp and Rapp pour John H. Kunsky. Il sert actuellement de parking abrité.

« L’aigle de la route » de Mad Max fait parler de lui en Russie

Le cinglé du début de Mad Max, Crawford « Nightrider » Montizano ( l’Aigle de la rouuuuute dans la version française) était récemment de sortie en Russie. Bourré, comme à l’accoutumé,  se jetant comme un lemming sur les bagnoles alentours. Alors, forcément, les automobilistes mécontents le lynchent. Forcément.

> Voir la vidéo


Ducked and covered : enfin un VRAI guide de survie pour le monde post-apocalyptique

Grâce à ce petit bijou, parodie des films institutionnels des années de guerre froide, vous saurez tout sur l’empalement de crâne dissuasif devant votre domicile, les tips pour devenir chef de guerre et les stratégies d’évitement des koalas mutant.

L’équipe de ce court le présente ainsi :

« Ducked and Covered: A Survival Guide to the Post Apocalypse est un film d’information au  public  conçu pour aider la population australienne à survivre après une guerre nucléaire.   Produit par la Commission australienne de la défense civile pendant les années 1980, cet inédit  a été découvert au fond d’un stock d’archives universitaires. »