Le post-apocalyptique en liens.

insolite

Une visite bucolique et virtuelle de Tchernobyl sous la neige

Pripiat me voilà. J’arrive ma douce zone. Yandex (Я́ндекс), l’équivalent russe de Google, propose de se promener sur le site de la centrale et dans la zone contaminée enneigée. Sans le doucereux et lancinant crépitement de compteur Geiger, néanmoins. Et c’est bien dommage.

> Visiter Tchernobyl

A VOIR AUSSI :

> Life in the Dead Zone, un documentaire sur la faune de l’après-Tchernobyl

> Docummentaire : La Bataille de Tchernobyl

> Borat et Brüno à Tchernobyl

> Radioactivité : pourquoi les plantes s’en battent les étamines

Publicités

Une cabane dans un champignon atomique

Dietrich Wegner est un artiste. Un vrai. Qui se fait notamment de l’argent en fabriquant des anus géants. Mais notre jeune ami a surtout, et c’est là qu’il intéresse Radieuse Dystopie, construit une cabane dans un champignon atomique. Quel talent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


John Coster-Mullen, le gars qui fabrique sa bombe atomique

Il n’a pas de  diplôme de physicien. Ni de diplôme tout court. A vrai dire, il a quitté l’école avant la puberté. Mais ce chauffeur-livreur sympathique en est persuadé : d’ici peu, il réussira a fabriquer SA bombe A. Optimiste, il emploie tout son temps libre à fabriquer des répliques exactes de Little Boy et Fat man, les deux bombes larguées sur le Japon. Et d’après lui, c’est bête comme chou : « Le vrai  secret de la bombe atomique , c’est qu’elles sont très faciles à fabriquer. »

Il en a même fait un livre, Atom Bombs: The Top Secret Inside Story of Little Boy and Fat Man.

Aller John, courage, un dernier coup de collier et t’en verras le bout.


Pour faire tomber les gonzesses post-apo, misez sur le costume Fallout « RNC »

Il y a quelques temps, Radieuse Dystopie vous suggérait d’occuper vos longues soirées d’hiver en vous construisant un casque Fallout « Brotherhood of steel ». Si vous avez passé ce cap débutant, on passe désormais aux choses sérieuses : le all-kit armure-casque-manteau. Yep. Enfin Radieuse Dystopie est infoutue de s’attaquer à une telle entreprise, mais un jeune dégourdi s’y est attelé. Pour un un résultat probant.

 

 

Radieuse Dystopie a cherché vite fait le nom du drôle, sans succès.

Alors, pour la gloire, elle affichera tout de même sa photo. Oulala. Garde donc ton casque, copain.

 


Découvrez la villa abandonnée de Mike Tyson

Mike Tyson n’a pas seulement une pure gueule de mâle alpha post-apo, une dégaine de désaxé du bulbe accro aux méthamphétamines garanti 100% méchant qui glapit des « hahahahaha » interminables depuis son buggy tuné et donnant sa mère à manger à ses pittbulls.

Non, Mike Tyson a aussi une pure maison post-apo. Disons qu’il avait une villa bling-bling a l’époque où il était riche et adulé qui, faute d’entretien, est devenu un dépotoir. D’où l’intérêt de Radieuse Dystopie.

Sombrement moquettée de peaux de zèbre, cette villa a été achetée dans l’Ohio. Ce qui, en soit, atteste d’un léger problème mental du boxeur. Parce que l’Ohio, bon, voilà quoi.

L’ensemble est, vous, le noterez,  décoré avec la sobriété et le bon goût d’un bar à hôtesses de Tourcoing dans les années 80.

La baignade dans la piscine est non surveillée et à vos risques et périls.

Comme l’on découvert, un peu tard, ces fauteuils partis piquer une tête.

L’imposant barbecue qui ne grillera plus aucun sanglier.

Et le meilleur pour la fin : le chenil des molosses.

> D’autres photos sont visibles ici


Exemple à suivre : l’abri antiatomique de la COGIP

Radieuse Dystopie n’avait pas regardé cette vidéo de message à caractère informatif depuis un bail. Elle l’a revu hier, et a ri, une fois encore. Elle elle la poste. Par que les classiques, c’est bien. Parce qu’elle aime les combos cravate-moustache. Parce que c’était vraiment très intéressant. Parce que.


Daniele, le gars qui fait moisir des maisons en papier

Un minuscule village en papier revêtu d’une épaisse couche de toiles d’araignée, de moisissures poilues, ventrues humides,  multicolores.  Laissé  à l’abandon.  Pourrissant là depuis un bail.  Corrompu, putréfié, vérolé comme chaque structure bâtie par  l’Homme le serait par faire si Homo sapiens venait à disparaître.

L’artiste crado et  italien Daniele Del Nero a minutieusement, amoureusement, patiemment  construit ces maquettes d’architecture avant de les couvrir de farine et de laisser le temps faire son œuvre.  Une mimesis, dit-il, de la détérioration des bâtiments abandonnés. « Mon but est de parler du sens du temps et du destin de la planète après l’espèce humaine», a déclaré le drôle. Sa série, intitulée After Effects entend  rappeler la rapidité avec laquelle nos civilisations tomberaient en désuétude si nous n’étions pas là pour les préserver. Miam.