Le post-apocalyptique en liens.

dystopie

Fin du monde : dans un étang du Texas, l’eau devient rouge

« Le second ange sonna de la trompette.  Et quelque chose comme une grande montagne embrasée par le feu fut jeté dans la mer; et le tiers de la mer devint du sang »…  Apocalypse 8:8

Et oui les loulous, vous ne profiterez peut-être pas de vos iPhone 5 : la fin des temps arrive tranquillou. Preuve s’il en est : l’eau a commencé à se changer en hémoglobine. Dans le San Angelo State Park texan, un plan d’eau s’est subitement coloré de rouge sang ces dernières semaines.  L’OC Fisher Reservoir, pas mal asséché par la canicule qui frappe l’ouest du Texas depuis le début de l’été n’était plus qu’une mare sordide d’eau stagnante.

Les poissons-chat crados et les perches soleil fadasses nagent désormais sur le dos et ne seront plus pêchés par les rednecks locaux.

Bien sûr, on nous ment. Le gouvernement, les médias, la CIA nous désinforment. Bien sûr, on nous dit que ce rouge n’est pas un signe d’Apocalypse en gestation. Bien sûr,  les fonctionnaires des organismes de veille locaux nous  disent que l’aspect sanglant de l’eau est le résultat de bactéries Chromatiaceae , qui prospèrent dans l’eau privée d’oxygène. Bien sûr.

> Voir l’éclairante et mesurée analyse du phénomène par un prêcheur siphonné du bulbe de l’Indiana :

> Lire l’article sur Live Science


Publicités

Survivre dans un monde post-apocalyptique en faisant du feu avec un cintre Ikea

Quand tout aura été mangé. Quand les supermarchés auront été pillés, les bouteilles d’eau et les briquets éparpillés. Ils seront toujours là, immenses  stoïques, délaissés avec des travées garnies et des palettes poussiéreuses. Les bleus magasins Ikea nous attendront sagement. Prêts à aider à la reconstruction d’un monde en kit.


Après l’Homme, l’Animal

Quelque chose a survécu. Alors que l’humanité blafarde expirait en un râle rauque et glaireux, ils ouvraient leurs cages, arrachaient leurs bagues. Essaimant, proliférant, affamés. Rongeant jusqu’au dernier les os sapiens abandonnés. Quand les derniers artefacts furent à terre, mangés de mousses, couverts de larves, ils glapirent, hennirent, caquetèrent.  Orgueilleux autant qu’innatendus vainqueurs.

Série  The Isle of Human / 2008 de Johan Rosenmunthe


Une visite bucolique et virtuelle de Tchernobyl sous la neige

Pripiat me voilà. J’arrive ma douce zone. Yandex (Я́ндекс), l’équivalent russe de Google, propose de se promener sur le site de la centrale et dans la zone contaminée enneigée. Sans le doucereux et lancinant crépitement de compteur Geiger, néanmoins. Et c’est bien dommage.

> Visiter Tchernobyl

A VOIR AUSSI :

> Life in the Dead Zone, un documentaire sur la faune de l’après-Tchernobyl

> Docummentaire : La Bataille de Tchernobyl

> Borat et Brüno à Tchernobyl

> Radioactivité : pourquoi les plantes s’en battent les étamines


En Namibie, des maisons abandonnées et grignotées par le désert

Grâce au photographe Alvaro Sanchez-Montanes, Radieuse Dystopie peut vous présenter cette série de demeures abandonnées.  Remplies de sables. Les habitants sont partis, le désert est arrivé. Le sens du lien de causalité, s’il y en a un, est inconnu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ce parc d’attraction abandonné de Wichita

Comme un petit air de Pripiat et sa grande roue figée.  Quelle beauté que celle d’un parc d’attraction abandonné. Ces manèges grinçants, ce silence charriant quelques notes étouffées des musiques tapageuses d’antan.  Finis les mioches, brisés les néons. Plus de  barbe à papa qui colle.

Mike Petty a saisi  cette atmosphère particulière dans un parc d’attraction de Wichita dans l’Etat du Kansas, fermé en 2003.  Voici « No Joy».

A VOIR AUSSI :

> Découvrez la villa abandonnée de Mike Tyson

> Bienvenue dans le palais en ruines de Mobutu

> Promenade dystopique dans les ruines de Détroit la sinistrée

> Le parking post-apocalyptique, idéal pour garer ton Interceptor

> Indispensable pour votre Renault Fuego: le drive-in post-apocalyptique


100 maisons abandonnées à Détroit

Radieuse Dystopie vous a déjà parlé plusieurs fois de Détroit la sinistrée, de ses décors délicieusement destroy et  se son parking post-apo. Cette fois, voici quelques clichés d’un certain Kevin Bauman qui a photographié cent maisons abandonnées dans cette belle ville. Sélection :

A LIRE AUSSI :

> Le parking post-apocalyptique, idéal pour garer ton Interceptor

> Promenade dystopique dans les ruines de Détroit la sinistrée