Le post-apocalyptique en liens.

Daniele, le gars qui fait moisir des maisons en papier

Un minuscule village en papier revêtu d’une épaisse couche de toiles d’araignée, de moisissures poilues, ventrues humides,  multicolores.  Laissé  à l’abandon.  Pourrissant là depuis un bail.  Corrompu, putréfié, vérolé comme chaque structure bâtie par  l’Homme le serait par faire si Homo sapiens venait à disparaître.

L’artiste crado et  italien Daniele Del Nero a minutieusement, amoureusement, patiemment  construit ces maquettes d’architecture avant de les couvrir de farine et de laisser le temps faire son œuvre.  Une mimesis, dit-il, de la détérioration des bâtiments abandonnés. « Mon but est de parler du sens du temps et du destin de la planète après l’espèce humaine», a déclaré le drôle. Sa série, intitulée After Effects entend  rappeler la rapidité avec laquelle nos civilisations tomberaient en désuétude si nous n’étions pas là pour les préserver. Miam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s